Actualités

Ateliers culturels, interactifs et intergénérationnels

TÉLÉCHARGER LE LIVRE BLANC SUR L’IMPACT POSITIF DE NOS ATELIERS

Accueil » Le blog » Jean Philippe Lavergne « Tous en Tandem contribue à valoriser le contenu de la couverture d’assurance en augmentant le bien-être de l’assuré »

Jean Philippe Lavergne « Tous en Tandem contribue à valoriser le contenu de la couverture d’assurance en augmentant le bien-être de l’assuré »

16 Juil, 2021 | Le monde d’aujourd’hui

Jean-Philippe Lavergne est le directeur adjoint Marché Français de SCOR , 4e réassureur mondial. Dans le Livre Blanc de Tous en Tandem – dont Scor est le partenaire – il revient sur la manière de communiquer positivement autour de la dépendance en proposant des services concrets comme celui de Tous en Tandem qui renforce le contenu de la promesse entre l’assuré et le porteur de risque 

Vous cherchez à promouvoir l’assurance dépendance depuis 40 ans. Avez-vous une conviction profonde par rapport à la pertinence d’un produit assurantiel sur la dépendance ? 

Oui, le modèle assurantiel est tout à fait adapté à la couverture des besoins croissants et durables des risques liés à la perte d’autonomie. Le marché de l’assurance dépendance représente actuellement un chiffre d’affaires annuel d’environ 750 millions d’euros annuel et 3 millions d’assurés. Cela correspond à 8 % d’assurés parmi l’ensemble des personnes de plus de 40 ans, ce qui est faible en regard d’un phénomène de vieillissement continu et irréversible de notre société. 

Les besoins de couverture de la dépendance sont encore aujourd’hui imparfaitement satisfaits compte tenu de l’émergence lente d’une future 5ème branche de la Sécurité Sociale, de l’absence d’homogénéité au niveau territorial des aides financières de l’APA et des caractéristiques actuelles des produits collectifs et individuels du marché en termes de niveau de couverture et de coût.

Dans notre conviction profonde de l’apport complémentaire du modèle assurantiel, il y a ce constat d’un besoin des assurés que ne saturent pas encore les dispositifs publics et privés de couverture existants considérés séparément et dans leur complémentarité 

Dans quel contexte vous êtes-vous rapprochés de Tous en Tandem autour de ces questions ? Quel a été le fait générateur de ce partenariat ? 

Dans le cadre de nos relations de long-terme en réassurance avec nos partenaires et clients, le sujet de la dépendance a été jusqu’à présent essentiellement appréhendé sous l’angle technique et assurantiel. 

En d’autres termes : comment peut-on garantir le versement d’une rente viagère à un assuré en situation de perte d’autonomie ? Comment appréhender l’acceptation des risques et la gestion des sinistres ? 

Comment provisionner et adapter l’évolution des paramètres financiers sur des durées d’engagement aussi longues ? Comment tarifer le risque ? Comment anticiper des évolutions pour lesquelles nous ne disposons pas d’expérience à l’heure actuelle (la couverture de ce risque est relativement récente car elle remonte aux années 80 et nous suivons des cohortes constituées de personnes d’âges élevés afin d’en anticiper les évolutions) ? 

Cette approche technique du risque est fondamentale et se situe au coeur des partenariats avec Assureurs, Mutuelles et Groupes Paritaires. Il est toutefois nécessaire pour le réassureur d’aller au-delà de ces aspects techniques par la prise en compte d’autres éléments fondamentaux à la compréhension du risque et aux moyens d’en assurer sa maîtrise. Les modalités de distribution du produit, la communication réalisée par les assureurs autour des problématiques liées avec l’âge sont des éléments importants de l’appréhension du risque par les assurés. De la même façon, toutes les composantes de l’accompagnement, de la prévention et des services associés, constituent autant de facteurs par lesquels il est possible d’accroître la capacité de la couverture d’assurance à satisfaire d’autres besoins fondamentaux liés au risque du vieillissement. 

Malgré la tendance de fond d’une perception croissante des risques liés aux âges élevés par la population française, la démarche spontanée de souscription de couvertures perte d’autonomie est encore très limitée. La dépendance sous la forme de contrat individuel n’est pas un produit que l’on vient acheter mais un produit qui se vend dans le cadre de démarches commerciales adaptées. L’approche de conseil aux assurés a évolué au fil du temps avec des thématiques adaptées aux réseaux de distribution (approche patrimoniale, possibilité de choix dans l’accompagnement de la perte d’autonomie que permet la prestation, etc…). Les services proposés en complément de la prestation acquièrent une importance croissante dans la décision de souscription de ces couvertures. 

« C’est à ce titre que les services associés au produit dépendance, dans le cadre de développements internes, ou grâce à l’apport d’organismes innovants tels que Tous en Tandem, qui interviennent dans le domaine de la prévention et de l’accompagnement, contribuent de façon significative à la perception concrète de ce que peut apporter l’assurance dépendance aux assurés. C’est ce qui nous a particulièrement intéressé dans l’approche de Tous en Tandem« .

Retrouvez l’intégralité de l’interview dans le Livre Blanc de Tous en Tandem

Vous pourriez aussi aimer