Actualités

Ateliers culturels, interactifs et intergénérationnels

TÉLÉCHARGER LE LIVRE BLANC SUR L’IMPACT POSITIF DE NOS ATELIERS

Accueil » Le blog » Vieillesse : quelles sont les angoisses des seniors ?

Vieillesse : quelles sont les angoisses des seniors ?

21 Juil, 2021 | Le quotidien des seniors

Le vieillissement est étroitement lié au changement, lequel se comprend comme un point d’arrivée et un point de départ. Chaque changement nécessitant une forme d’adaptation, mais aussi de résistance, certaines angoisses peuvent subvenir l’âge avançant. Quelles sont ces craintes ? Quand commencent-elles et comment les éviter ? Le point avec la rédaction de Tous en Tandem.

Les différentes angoisses liées à la vieillesse

Selon une enquête CSA, « Dix chiffres clés pour mieux comprendre les Français », c’est vers 68 ans que le sentiment d’être « vieux » s’empare de nous. Dès lors, un lot d’appréhensions et d’angoisses peut subvenir.

1- La perte d’autonomie, principale préoccupation des seniors

Une récente enquête de juillet 2018 « Quel regard les 50+ ont-ils sur les résidences services seniors ? », réalisée par l’IFOP, a mis en exergue la principale hantise des seniors face à la vieillesse, à savoir la perte d’autonomie, à hauteur de 75%.

2- La préoccupation de manquer d’argent

Les aspects financiers sont également une crainte majeure des seniors, cristallisant les préoccupations de bon nombre d’entre eux : plus d’un tiers déclarent avoir peur de devoir faire face à une baisse de leur capacités financières (36%), mentionnant par exemple le coût des prestations de maintien à domicile ou de prise en charge en établissement spécialisé.

3- La crainte de la solitude

Le délaissement et la solitude semblent également préoccuper les 50 ans et plus : le désengagement des pouvoirs publics (21%), l’absence de professionnels pour la prise en charge (18%) ou même des proches (16%) sont notamment cités.

4- Peur de la maladie et de la mort

Si la mort fait partie de nos vies à tous, pour certaines personnes âgées, cette issue engendre une angoisse difficile à gérer au quotidien. D’autres l’acceptent a contrario et redoutent moins l’arrivée de la mort. Par exemple, Yves Montant déclarait aux pompiers juste avant de mourir : « S’il m’arrivait quelque chose à mon âge, j’ai assez vécu et même très bien vécu pour ne rien regretter ».

Les causes des angoisses

Plusieurs raisons ou facteurs peuvent faire naître et alimenter ces angoisses, par exemple :

  • La mort du conjoint ou d’un proche
  • L’éloignement géographique des enfants et des petits-enfants
  • Un changement de milieu de vie
  • La perte du lien social
  • La peur de devenir un poids pour son entourage
  • La difficulté à communiquer
  • Une maladie

Cependant, les angoisses ne sont pas une fatalité. Elles peuvent être minimisées au moyen d’activités favorisant le bien-être de la personne.

Bien-vieillir, un réel travail

1- Faire le deuil du passé et renouer avec le présent

Bien-vieillir, c’est d’abord intégrer la perte de la jeunesse ainsi que les angoisses liées au vieillissement, tout en conservant une certaine intégrité psychique. Il ne faut bien sûr par oublier son passé, mais s’investir pleinement dans sa nouvelle vie.

Cela passe par le soutien social, vecteur de bien-être et de la qualité de vie de la personne âgée. Il favorise en effet un sentiment de sécurité et amoindrit les effets du stress, tout en renforçant l’estime de soi.

La maison de retraite par exemple doit être un lieu dans lequel le résident peut ressentir à la fois son appartenance à un groupe et exprimer sa différence, par le biais d’activités, de groupes de paroles…

2- La complicité intergénérationnelle, un vecteur de mieux-être au quotidien

L’intergénérationnel joue également un rôle non négligeable dans le sentiment d’utilité et de transmission d’un savoir des personnes âgées envers les plus jeunes.

En effet, le vieillissement peut être une belle occasion d’exprimer, d’approfondir et de se repositionner par rapport à son interprétation de la vie. C’est d’ailleurs tout l’objectif des animations mises en place par Tous en Tandem, dans lesquelles un étudiant et des personnes âgées échangent : une belle manière de dynamiser leur vie sociale, de favoriser la transmission entre les générations et de développer une complicité forte entre les 2 parties.

Il ne s’agit pas de tout faire pour éviter ces angoisses, simplement d’apprendre à vivre avec. Dans une société qui prône le jeunisme et où la proportion de personnes âgées ne cesse de croître, il pourrait être intéressant de revoir notre rapport au vieillissement. Des amalgames sont parfois faits entre vieillissement et sénilité, déclin, fardeau… lui octroyant une vision essentiellement négative. Associer davantage les personnes âgées aux notions de sagesse, d’expérience, de transmission, de partage de valeurs est une des clés d’un changement efficient.

Vous pourriez aussi aimer