Du mouroir à l’EHPAD à domicile : le nouvel eldorado des seniors ?

Du mouroir à l’EHPAD à domicile : le nouvel eldorado des seniors ?

Que signifie le terme « EHPAD » ? Quelle est leur histoire ? Leur évolution au cours des années ? Quels services proposent-ils ? Tous en Tandem vous explique tout dans ce dossier.

L’EHPAD : hier, aujourd’hui et demain

Ce que l’on appelle communément « maison de retraite » désigne en réalité en grande majorité les EHPAD (Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes). Ces EHPAD sont des lieux de résidences médicalisées et habilitées à recevoir des personnes en perte d’autonomie.

7 573 établissements publics, privés non lucratifs et privés commerciaux hébergent actuellement en France près de 608 000 seniors dépendants. Si tout n’est pas encore parfait aujourd’hui, l’image de ces lieux de vie tend à s’améliorer.

Alexandra de Saivre, souriante, haut vertAlexandra de Saivre, fondatrice de Tous en Tandem : “L’idée est ici de mettre en évidence que le modèle a évolué et qu’il va encore profondément changer et il le doit, avec l’explosion du nombre de seniors en France dans les années à venir pour mieux répondre aux nouveaux enjeux de notre société. Le nombre d’EHPAD va doubler dans les prochaines années et va s’adresser à des aînés de plus en plus dépendants (GIR 1 à 3), les autres  seniors en perte d’autonomie auront eux, « l’EHPAD à domicile ». Que cachent ces nouveaux axes de développement ? Comment accompagner non plus la vieillesse mais les vieillesses de nos aînés à chacun des stades de vieillissement? Quand les EHPAD sont mis à mal, comment mettre aussi en avant le travail incroyable réalisé au sein de ces établissements ?”

EHPAD : quézako ?

Définir un EHPAD revient à définir ses missions. Au sein d’un Etablissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes, l’objectif est de créer un lieu et une organisation permettant à un groupe d’individus valides, dépendants et invalides d’accéder de façon permanente à la satisfaction de leurs besoins (hébergement, dépendance, soins, mobilité, nutrition…). Sur le plan de l’hébergement, un EHPAD s’apparente à un hôtel restaurant avec ses contraintes en matière d’hygiène et de sécurité, sa logique de prestations et de service hôtelier.

Les EHPAD accueillent des résidents du GIR 1 à 6, qui incluent des personnes autonomes, des personnes âgées plus dépendantes et des personnes très dépendantes. Voici un bref rappel des niveaux de GIR :

  • GIR 1 : personnes confinées au lit, dont les facultés mentales sont gravement altérées, et qui ont besoin d’une présence continue d’intervenants
  • GIR 2 : les personnes confinées au lit ou en fauteuil, dont les facultés mentales ne sont pas totalement altérées, et qui ont besoin d’une prise en charge pour la plupart des activités de la vie courante
  • GIR 3 : les personnes ayant conservé leurs facultés mentales mais qui ont besoin plusieurs fois par jour d’aides pour les soins corporels
  • GIR 4 : les personnes ne faisant pas leur transfert mais qui, une fois levées, peuvent se déplacer à l’intérieur du logement. Elles doivent parfois être aidées pour la toilette et pour s’habiller
  • GIR 5 : les personnes qui peuvent avoir besoin d’une aide ponctuelle pour la toilette et les activités domestiques : préparation des repas, ménage…
  • GIR 6 : les personnes autonomes pour tous les actes importants de la vie courante.

L’EHPAD d’hier

Avant la révolution industrielle, les soins aux personnes âgées étaient en grande partie entre les mains de la famille. Les premières tentatives du Gouvernement pour fournir des soins de base aux personnes âgées ont débuté à l’aube de l’ère industrielle avec les « hospices ».

Par la suite, dans les années 1950 et 1960, la qualité des soins infirmiers s’est améliorée en France, grâce à l’introduction obligatoire de chauffage central, aux chambres simples et toilettes avec salles de bains privatives.

De « l’hospice » à l’EHPAD d’aujourd’hui

Durant les années d’après-guerre, les établissements d’hébergement avaient donc la dénomination « d’hospices », un terme qui apparaît aujourd’hui comme étant particulièrement négatif. La loi du 30 juin 1975 a fait entrer le concept de « maison de retraite » et cette notion a définitivement écarté le terme d’hospice, devenu trop péjoratif.

Alexandra de Saivre, fondatrice de Tous en Tandem : “Ce qui est certain c’est que la maison de retraite n’a plus de sens avec l’allongement de la durée de vie en bonne santé ! L’âge d’entrée en « maison de retraite » est bien plus tard que 60 ou 62 ans ! Et ce terme renforce le sentiment de mise à l’écart des aînés, le sentiment d’inutilité « acté » dès la vie professionnelle arrêtée”.

L’arrivée progressive de la concurrence dans ce secteur a conduit les établissements à opter pour une nouvelle appellation, celle de « résidences ». Particulièrement agréable à l’égard des personnes âgées qui y entrent, elle fut rapidement adoptée par de nombreux établissements. Enfin, la réforme de 1999 des établissements a conduit à l’appellation d’«Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes » (EHPAD), les personnes y entrant étant de plus en plus âgées et dépendantes.

L’EHPAD d’aujourd’hui

Les services proposés en EHPAD

Aujourd’hui, le savoir-faire gérontologique et gériatrique français est reconnu à l’international et les leaders nationaux, anticipant la stagnation du marché français, deviennent des acteurs majeurs sur les scènes européennes et mondiales. En résumé, les EHPAD offrent des services pouvant comprendre :

  • Hébergement et repas
  • Surveillance de médicaments
  • Soins personnels (y compris s’habiller, se laver, et de l’assistance de toilette)
  • 24 heures de soins d’urgence
  • Activités sociales et récréatives.

La diversification s’impose

Les opérateurs historiques œuvrant dans le champ des maisons de retraite deviennent de plus en plus des opérateurs de l’accompagnement des seniors au sens large. Diversification de leurs activités, croissance externe… Ils se dirigent vers les Résidences Services Seniors (RSS), acquièrent des sociétés de services à la personne afin de proposer une dynamique de continuum du service hébergement.

A l’heure où la volonté de chaque établissement est de changer l’image des EHPAD traditionnels et de renvoyer un sentiment plus chaleureux et moderne, la diversification s’impose. Quand certains misent sur le design et l’esthétisme de leurs résidences, d’autres tablent sur les nouvelles technologies ou encore les activités proposées (jeux, animations, ateliers…) afin d’améliorer la qualité de vie de leurs résidents.

De plus la réforme de 1999 impose un parcours personnalisé pour chacun des résidents.

Alexandra de Saivre, fondatrice de Tous en Tandem : “Mais si la loi le demande, la réalité sur le terrain est bien différente. En effet j’ai été surprise d’entendre au cours du CNAAG 2018 à Nantes, un réel désarroi et une frustration forte des animateurs, des encadrants des seniors en EHPAD. En effet pour eux il y a un manque de moyens crucial qui met à mal leur métier d’accompagnement auprès de ce public fragile. Manque de moyens humains qui les obligent à mettre plus tôt que prévu des seniors en fauteuil roulant, ou à laisser des seniors de longues heures sans les solliciter, sans parler des soins dont le tableau noir est dressé depuis plusieurs mois. Pas assez de moyens financiers, humains, pas assez de reconnaissance, pas assez de temps pour les seniors. Donc oui, il est difficile de faire un vrai parcours personnalisé. La diversification s’impose pour des raisons de structuration et de compétitivité du secteur mais elle s’impose aussi car l’humain et la relation humaine doivent rester au centre de ces établissements, ce qui n’est peut être pas toujours le cas aujourd’hui. Le rapport Libault met ces éléments en évidence. Une revalorisation de ces métiers de service me semble indispensable pour replacer l’humain au cœur de ces lieux”.

Grâce à ses animations culturelles et intergénérationnelles, Tous en Tandem participe à l’accompagnement du vieillissement en bonne santé mentale, s’inscrivant en parfaite adéquation avec les parcours personnalisés de chaque résident, le maintien de l’autonomie, des liens sociaux et intergénérationnels

Supprimer les frontières entre l’EHPAD et le reste de la société

A côté de cela, l’une des pistes est de rendre les frontières entre l’EHPAD et le reste de la société plus poreuses. Le but serait de permettre à davantage de personnes de se rendre en EHPAD en développant l’ouverture de commerces au sein des établissements : des coiffeurs, des restaurants… où tout le monde pourrait se rendre, résident ou non.

Pour les EHPAD qui le souhaitent, plus d’équipements pourraient être mis au service du public : salles de réunion, centres de formation, soirées théâtre ouvertes aux écoles et au grand public. Tout ce qui permettrait de faire venir des familles, des professionnels, pour faire de l’EHPAD un lieu de vie comme les autres. L’initiative est déjà expérimentée dans plusieurs départements et devrait être encouragée.

Alexandra de Saivre, fondatrice de Tous en Tandem : “est-ce que le terme EHPAD ne fait pas peur au-delà de l’image véhiculée aujourd’hui par les médias ? Des tests sont mis en place mais pour en avoir discuté avec des personnes responsables de ces programmes, il est vraiment difficile de faire entrer des personnes de l’extérieur au sein de l’EHPAD que se soit pour un accueil de jour ou pour un déjeuner au restaurant. Le refus de se voir vieillir, le refus de devenir comme les seniors à l’intérieur de ces EHPAD est prégnant et est un frein à la participation massive de seniors «de l’extérieur »  à des activités au sein de ces lieux. Et c’est peut-être justement parce que les seniors dans ces EHPAD ont été trop longtemps isolés, « parqués » ensemble que le reste de la société s’en est éloignée et que le fait d’ouvrir plus les portes de ces lieux sur l’extérieur est difficile à accepter. C’est pratique de ne pas voir la vieillesse, de fermer les yeux sur la réalité derrière ces murs ! Je trouve que cette ouverture sur l’extérieur est une vraie solution pour que les seniors fassent partie de la société au même titre que tous les autres mais c’est un vrai défi pour que ces mondes vivent ensemble et non pas les uns à côté des autres. La diversité, le fait de casser la routine sont des éléments essentiels pour créer un cercle vertueux et un dynamisme nouveau pour le senior : cette ouverture sur et pour l’extérieur devrait permettre de mettre en place les conditions positives pour rompre l’isolement et créer des ponts entre les générations”.

La dimension intergénérationnelle plébiscitée

Par ailleurs, une autre piste qui retient toutes les attentions est de créer davantage de lien entre enfants et personnes âgées dans le cadre de visites ou d’évènements. En effet, dans ce cadre, les EHPAD devraient être plus souvent associés à une offre de petite-enfance. Les crèches intergénérationnelles sont encore peu nombreuses en France mais semblent convenir aux parents, aux professionnels, comme aux personnes âgées volontaires. Le principe est d’implanter côte à côte, un EHPAD et une crèche.

Les résidents qui le souhaitent peuvent ensuite se rendre régulièrement aux activités des tout-petits. Seules quelques dizaines de collaborations de ce type existent aujourd’hui, mais pourraient être amenées à se développer suite à la future loi grand âge et autonomie.

Alexandra de Saivre, fondatrice de Tous en Tandem : “Là aussi je m’interroge sur comment abattre les murs que notre société a créé entre les seniors dépendants et les autres individus. J’ai eu à plusieurs reprises la chance d’accompagner 1 semaine entière des seniors dépendants et également handicapés. Le choc du départ était évident : que vais-je faire avec eux pendant une semaine, comment vais-je être à la hauteur ! Et bien au bout d’une semaine, c’est eux qui vous apporte bien plus que vous ! Leur vie, leur passé, leur histoire, leur solitude et leur besoin de lien social vous secouent, vous donnent une vraie claque … Ils ont un recul sur la vie frappant ! Ils vous donnent des repères que la société ne donne plus me semble-t-il ! Et c’est pourquoi il faut de la mixité intergénérationnelle pour une société plus harmonieuse.

De la même façon, les Tandémiens chez Tous en Tandem nous disent combien ces ateliers leur apportent, combien cette relation privilégiée avec des aînés leur fait du bien … dans un monde où tout va à 100 à l’heure, ces séances sont une pause constructive. Ces derniers ont une vitalité débordante auprès de seniors plus « ralentis ». Mais ce sont les seniors qui les épatent, les seniors qui leur transmettent une partie de leurs vies, une partie de leur passé … et cette relation permet un changement de regard sur la vieillesse de la part des plus jeunes mais leur permet aussi de prendre la parole en public, d’animer un groupe, d’avoir plus confiance en eux et ce, sans jugement, sans critique. Un respect mutuel est réel et fédérateur.

Oui l’intergénérationnel est indispensable me semble-t-il pour repenser la société de demain. Il y a quelques décennies, les grands-parents étaient à la maison avec les enfants et petits-enfants. Les générations cohabitaient ensemble de façon « naturelle » … nous avons cassé cela et avons cloisonné les générations ! C’est pour cela que les termes Vivre ensemble, inclusion sont à la mode car nous nous rendons compte qu’il faut les re-créer car ce cloisonnement n’est plus possible”.

Tous en Tandem Espace Professionnels

Et demain ?

Vers des EHPAD 2.0

L’ambition des acteurs de ce secteur est de proposer des solutions d’accompagnement toujours plus innovantes, qualitatives et surtout en phase avec les besoins des personnes âgées et de leurs familles.

Les EHPAD sont devenus de véritables « tubes à essais » et territoires pilotes pour les nouvelles technologies. Fleurissent ainsi des initiatives faisant des établissements de vrais « EHPAD 2.0 » ou devrions nous dire « 3.0 », à l’instar des nouveaux systèmes de supervision des chambres et autres sols connectés intelligents.

Alexandra de Saivre, fondatrice de Tous en Tandem : “oui l’ultra technologie sera bonne si elle accompagne le vieillissement en bonne santé et qu’elle permet de dégager du temps au personnel, aux aidants familiaux pour avoir un temps «relationnel » plus fort, plus long . « Tenir compagnie » sera sans doute un nouveau métier de demain, un métier dans lequel l’humain est au cœur”.

Lire aussi : La robotique et la domotique au service du maintien à domicile

Place à la prévention !

Un placement en EHPAD est souvent une décision prise dans l’urgence. Un manque d’anticipation qui s’explique par une certaine peur ou anxiété mais également par un manque d’informations.

Communiquer, informer et mieux expliquer sont autant de priorités pour encourager les Français à anticiper leur vieillissement. Grâce à la Silver économie et à toutes les initiatives et projets créés dans ce cadre, il y a fort à parier que les « vieux de demain » qui auront été confrontés au vieillissement de leurs proches, anticiperont davantage leur propre vieillissement.

Alexandra de Saivre, fondatrice de Tous en Tandem : “Il est indéniable que la prévention coûtera moins cher que la guérison ! Mais aujourd’hui encore la France guérit plus que ne prévient du vieillissement ou de son accélération. Malgré tout, la mobilisation est forte sur ces démarches préventives dont les résultats sont très positifs. Tous en Tandem cherche à prévenir l’entrée en dépendance en sollicitant les fonctions cognitives et en démontrant les bienfaits de la stimulation de l’intellect sur le bien-être, le mieux-être des aînés. Tous en Tandem cherche par les RDV réguliers avec un étudiant à re-créer, maintenir ce cercle vertueux du vieillissement en bonne santé « mentale » ou plutôt « cognitive »”.

Les EHPAD critiqués et sous le feu des projecteurs

Les EHPAD, un coût non négligeable

La moitié des personnes âgées déboursent 1 953 euros par mois pour vivre en EHPAD (source : CNSA). Une somme colossale qui dépasse largement les pensions moyennes (112% des revenus moyens d’un foyer de retraités). La vie en maison de retraite médicalisée à donc un coût.

Quand les médias s’intéressent aux EHPAD…

Entre les grèves des personnels soignants et les reportages tels que « Pièces à conviction », l’EHPAD « Bashing » est particulièrement à la mode, comme un reflet de notre société à refuser de voir son vieillissement en face. Si tout n’est pas parfait au sein des établissements, les médias ont, notamment au cours de l’année 2018, privilégiée une logique essentiellement critique en occultant (souvent) de voir les actions positives qui y sont menées.

Certes, les EHPAD sont des lieux de fin de vie où chaque situation est complexe, comme en témoigne l’actualité récente avec le décès de 5 résidents à Lherm. Si comme dans tout secteur il faut des gardes-fous, l’EHPAD « Bashing » doit laisser place à une logique plus analytique et critique, plutôt que d’être dans le simple rejet.

Alexandra de Saivre, fondatrice de Tous en Tandem : “La situation de nombreux EHPAD aujourd’hui est critique : logique de rentabilité, manque de personnel, deshumanisation des relations avec les aînés … et pourtant combien d’initiatives sont mises en avant montrant l’accompagnement extraordinaire du personnel auprès des aînés fragilisés. Sans doute n’en parle-t-on pas assez ! La critique, l’image « horrible », il est vrai font plus la une des journaux que les initiatives belles , simples mais exemplaires !”

Zoom sur le Plan Grand Âge et Autonomie et le rapport Libault

Face à cette situation, le rapport de Dominique Libault, pilote de la concertation Grand Âge, a été remis au Gouvernement. Il avance des propositions clés pour « passer de la gestion de la dépendance au soutien à l’autonomie ». Plusieurs d’entre elles concernent les EHPAD.

Un plan national est prévu afin d’agir à la fois sur la hausse des effectifs, la transformation des modes de management, la prévention des risques professionnels… En effet, le rapport préconise une hausse de 25% du taux d’encadrement en EHPAD d’ici 2024 par rapport à 2015, soit 80 000 postes supplémentaires auprès de la personne âgée, pour une dépense supplémentaire de 1,2 milliard d’euros. Un plan de rénovation de 3 milliards d’euros sur 10 ans pour les EHPAD et les résidences autonomie a par ailleurs été annoncé.

Enfin, Dominique Libault avance le fait qu’il est nécessaire d’améliorer la qualité de l’accompagnement et d’amorcer une restructuration de l’offre, en y consacrant 300 millions d’euros par an, vers une plus forte intégration entre domicile et établissement, pour des EHPAD plus ouverts sur leur territoire

Alexandra de Saivre, fondatrice de Tous en Tandem : “les EHPAD de demain seront décloisonnés, ouverts sur l’extérieur, 3.0 et intergénérationnels …mais je l’espère seront surtout des lieux plus humains que médicaux !”

Laisser un commentaire

Mentions légales
www.tousentandem.com

Le site est édité par Tous en Tandem, n° de SIRET 839 728 623 R.C.S Nanterre, siège social 26, rue de la Justice, 92310 Sèvres

L’adresse email de contact est : contact@tousentandem.com et le numéro de téléphone est : 06 58 04 28 29

La Directrice de la publication est Madame Alexandra de Saivre.

Le Site est hébergé par la société OVH, société par actions simplifiée enregistrée au RCS de Lille Métropole sous le numéro 424 761 419 au capital de 10 069 020 € dont le siège social est situé 2, rue Kellermann 59100 Roubaix, France.

Webmaster (conception/réalisation) : www.marieherbreteau.com

 

Conditions générales d’Utilisation du site internet www.tousentandem.com

Dernière mise à jour : 13 mars 2018


ARTICLE 1 : Objet

Les présentes conditions générales d’utilisation « CGU » ont pour objet d’encadrer les modalités de mise à disposition du site accessible à l’adresse www.tousentandem.com (le « Site ») et leur utilisation par l’utilisateur (l’« Utilisateur »).

Les CGU doivent être acceptées par tout Utilisateur souhaitant accéder au Site. Elles constituent le contrat entre le Site et l’Utilisateur. L’accès au Site par l’Utilisateur signifie son acceptation des présentes conditions générales d’utilisation.


ARTICLE 2 : Mentions légales

Le Site est édité par Tous en Tandem (la « Société »).

La Directrice de la publication est Madame Alexandra de Saivre.

Le Site est hébergé par la société OVH, société par actions simplifiée enregistrée au RCS de Lille Métropole sous le numéro 424 761 419 au capital de 10 069 020 € dont le siège social est situé 2, rue Kellermann 59100 Roubaix, France.


Article 3 : Accès

Le Site est accessible gratuitement en tout lieu et en tout temps à tout Utilisateur ayant un accès à Internet. Tous les frais supportés par l’Utilisateur pour accéder au service (matériel informatique, logiciels, connexion Internet, etc.) sont à sa charge.

La Société met en œuvre tous les moyens mis à sa disposition pour assurer un accès de qualité. Il ne s’agit que d’une obligation de moyens.

Tout événement dû à un cas de force majeure ayant pour conséquence un dysfonctionnement du réseau ou du serveur n’engage pas la responsabilité de la Société.

L’accès au Site peut faire l’objet d’une interruption, d’une suspension, d’une modification sans préavis pour une maintenance ou pour toute autre opération. L’Utilisateur accepte et reconnaît qu’aucune indemnisation suite à l’interruption, à la suspension de l’accès au Site n’est due.


ARTICLE 4 : Propriété intellectuelle

Les marques, logotypes, signes et tout autre élément du Site appartiennent à la Société et ne sauraient être librement reproduits par un .

L’Utilisateur s’engage à ne reproduire aucun des éléments du Site en ce compris l’ensemble des images reproduites sur le Site.


ARTICLE 5 : Données personnelles

La Société assure à l’Utilisateur une collecte et un traitement d’informations personnelles dans le respect de la vie privée conformément à la loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

Les données collectées par la Société ne seront utilisés qu’en relation avec la mise en œuvre des services proposés par la Société et ne sauraient être utilisées à d’autres fins.

En outre, l’Utilisateur est informé que la Société est susceptible d’utiliser des cookies pour permettre un meilleur fonctionnement du Site.


ARTICLE 6: Responsabilité

Les informations diffusées sur le Site sont réputées fiables. Toutefois, la Société ne saurait en garantir la fiabilité.

L’Utilisateur assume seul l’entière responsabilité de l’utilisation des informations et contenus du présent Site.

La responsabilité de la Société ne peut être engagée en cas de force majeure ou du fait imprévisible et insurmontable d’un tiers.

En outre, la Société n’assume aucune responsabilité quant à d’éventuels liens vers d’autres sites.


ARTICLE 7 : Blog et modération

La Société met à disposition des Utilisateurs un espace de blog dans lequel ces derniers peuvent publier des commentaires.

Les Utilisateurs sont informés que la Société peut procéder à la modération des commentaires concernés et publiés sur le Site.

En outre, les Utilisateurs cèdent à la Société l’ensemble de leurs droits de propriété intellectuelle sur les commentaires et autres publications pour toute la durée de protection des droits de propriété intellectuelle en question dans le monde entier et ce, sur tout support, tout format et toute fin.

Plus particulièrement, cela concerne le droit de reproduction, d’utilisation, de traduction, d’adaptation, de correction.

La charte du Tandémien, de la Tandémienne

En intégrant la communauté de Tous en Tandem, chacun s’engage auprès :

Pendant les animations, je m’engage à

  1. Bienveillance : je suis à l’écoute de chacun et patient envers chacun
  2. Empathie : je suis attentif à chaque personne présente pendant l’animation
  3. Enthousiasme : je cherche à créer une cohésion et un esprit d’équipe
  4. Ponctualité : je respecte les horaires
  5. Interactivité : je cherche à développer une interactivité forte avec et entre les résidents

Le non-respect de cette charte entraînera la suppression de votre compte Tous en Tandem.